Le Plan d’épargne retraite qui est un nouveau produit supplémentaire a pour but de verser des rentes viagères au titulaire lorsqu’il aura atteint l’âge de 62 ans. Ces compléments de revenus sont en principe versés mensuellement ou trimestriellement et de manière régulière jusqu’au décès de ce dernier. Comment se calculent-elles, pourquoi choisir de sortir en rentes et qu’en est-il de la sortie en capital qui constitue un des nouveaux avantages proposés par le PER ?

L’âge et le sexe de l’épargnant ainsi que la table de mortalité sont retenus

Ce sont les principaux éléments qui entrent en compte dans le calcul de la rente viagère : âge et sexe de l’épargnant et table de mortalité. Cette dernière est aussi connue sous l’appellation de table de survie ; elle est principalement utilisée dans l’évaluation de l’espérance de vie ainsi que des probabilités de survie et de décès.

Ces informations varient en fonction du sexe de l’individu. C’est cette table de mortalité qui est utilisée par les assureurs en France ; elle est renouvelée en moyenne toutes les décennies. En ce qui concerne l’âge, plus le départ à la retraite de l’individu est reculé, plus les rentes qu’il perçoit sont importantes. Quant au sexe, les hommes encaissent généralement des rentes plus qualitatives.

Les autres critères retenus pour ce calcul sont également le montant de la capitalisation réalisée, le taux de rémunération du contrat d’épargne ainsi que le taux de revalorisation de la rente. Notons que le montant de la capitalisation correspond non seulement à celui des primes versées tout au long de la phase d’épargne mais aussi du rendement.

Vous pouvez utiliser les calculateurs en ligne de la rente viagère pour évaluer approximativement le montant de cette dernière en fonction des éléments sus-indiqués. Par ailleurs, la simulation est recommandée.

Pourquoi choisir la sortie en rentes viagères ?

Si l’épargnant souhaite sécuriser sa retraite jusqu’à son décès, la sortie en rentes viagères est la meilleure option. De plus, à la différence de la sortie en capital qui est imposée, la sortie en rente est à l’inverse défiscalisée. On parle de rentes viagères à titre gratuit pour le PER individuel et le PER catégoriel, tandis que ces dernières sont des rentes viagères à titre onéreux pour le PER collectif. Dans tous les cas, l’administration fiscale accorde un abattement appliqué sur celles-ci quel que soit le régime en vigueur.

L’assureur cesse généralement de verser ces rentes dans les anciens contrats lorsque le titulaire décède. Toujours est-il que les PER proposent l’option de réversion, c’est-à-dire que le conjoint de l’épargnant décédé percevra une partie de ces rentes (généralement entre 60% à 90%).

La sortie en capital : un des autres avantages proposés par le PER

Le PER propose aussi une autre nouveauté : la sortie en capital à 100% et ce, en particulier pour les deux volets individuel et collectif – excepté pour le volet catégoriel. Cette option a été insérée dans ce nouveau plan d’épargne retraite afin de la rendre plus attrayante et dans le but de concurrencer avec l’assurance-vie. La sortie en capital peut être de deux types : une sortie directe c’est-à-dire un rachat total du contrat, ou une sortie programmée sous forme de retrait partiel. Cela dans le but de percevoir des compléments de revenus le moment venu – mais qui ne sont pas forcément des revenus perçus à vie.

Si la sortie en capital était également bloquée dans les anciens contrats, elle est désormais permise avec le PER pour tout individu souhaitant acquérir sa résidence principale.

Les informations sur www.reponses-bien-vieillir.fr : ce qu’il faut savoir sur le nouveau PER, la fiscalité, les avantages, le fonctionnement.