Il est tout à fait possible de devenir propriétaire d’un parc de biens immobiliers sans avoir à se soucier des contraintes de gestion. Nul besoin par ailleurs de débloquer des fonds importants pour leur acquisition. Pour cela, investissez dans ces excellents véhicules d’investissement : les sociétés civiles de placement immobilier ou SCPI ! C’est en effet un opérateur spécialisé dans la gestion de la « pierre » qui prendra en main toutes les démarches de manière à ce que chaque immeuble rapporte des loyers qui seront alors redistribués à chaque investisseur. Les SCPI, comment ça marche ?

Acheter des titres de propriété

Vous souscrivez à des titres de propriété qui sont des parts de SCPI qu’émet l’opérateur (appelé société de gestion). De nombreux autres investisseurs en font de même et deviennent alors, tout comme vous, associés de la société. L’opérateur collecte des fonds liquides qu’il utilise alors dans l’achat de l’immobilier proprement dit.

Façade, Bâtiment, Réflexion, Verre

Devenir propriétaire d’un patrimoine diversifié

En réalité, la société de gestion ne fait pas l’acquisition d’un seul immeuble, mais de plusieurs, et à différentes typologies dans le but de diversifier le patrimoine. Exemple de typologie d’immeuble : les logements, les bureaux, les locaux d’activité, les murs de magasins et de commerces, les immeubles de santé, les résidences seniors, les établissements scolaires et les crèches ou encore les parkings.

C’est la société de gestion qui élabore sa propre stratégie d’acquisition afin de générer le meilleur rendement. Son objectif est aussi de distribuer des loyers intéressants, qui sont les dividendes.

Profiter de l’expertise de la société de gestion

Il ne suffit pas seulement pour cette dernière de se constituer le parc d’immeubles nécessaire à son fonctionnement, mais aussi de déployer tout son savoir-faire et de faire profiter de son expertise à l’ensemble des investisseurs porteurs de parts. Parmi les expériences requises de la société de gestion : cibler le type de l’immobilier qui rapporte le plus en fonction de son emplacement et des besoins locatifs de la région. Grâce à ce professionnel expérimenté, l’investisseur pourra percevoir des revenus aussi bien locaux qu’étrangers si le parc immobilier s’étend jusqu’à l’international.

Idem pour le calcul des loyers, compte tenu des charges diverses afin de donner lieu aux meilleurs taux d’occupation (physique et financier). La société de gestion doit aussi pouvoir se constituer un report à nouveau ainsi que des provisions pour gros travaux et pour risques. Il appartient par ailleurs à celle-ci de les limiter au mieux et d’équilibrer les volumes de collecte, de décider du capital à ne pas dépasser par exemple, ou des conditions d’augmentation de ce dernier pour éviter la clôture de la souscription à la SCPI si telle est la décision prise au cours de l’assemblée générale des associés. La société de gestion fixe les nombreuses autres règles qui interviennent dans le pilotage de la SCPI.

Percevoir des revenus locatifs

Vous percevez votre part de loyers qui provient de la mise en location du parc de la SCPI. Ces loyers sont toutefois déduits des commissions de la société de gestion, de même que des réserves dont nous avons parlé plus haut, c’est-à-dire le report à nouveau et les provisions. De plus, les calculs vont dépendre de la quote-part de chaque associé dans la société, c’est-à-dire du nombre de parts de SCPI que chacun a souscrite. En résumé, vous n’avez seulement qu’à souscrire et à percevoir vos dividendes sans prise de tête et de manière régulière, généralement chaque trimestre. Notez cependant que ces dividendes ne sont pas toujours garantis car dépendent de l’existence et du versement des loyers des locataires.

Vous pouvez recevoir davantage d’informations à connaître sur l’investissement en SCPI sur mysweetimmo.